234

BIBLI-ORCHESTRA

La thématique « lire à plusieurs » suggère le questionnement suivant: comment pousser les gens à participer activement à une lecture commune alors que cette activités est, de nos jours, associée à la solitude et à l’indépendance?

Pour qu’une lecture se fasse a plusieurs, il faudrait qu’elle dépende des différents facteurs qu’apporte différents acteurs. Un peu comme dans un orchestre en fait ? Si les musiciens ne sont pas accordés, les autres ne se préoccupe pas de ceux qui les entoure alors le concert vire très vite a la cacophonie. Le principe ici est le même. Sauf que le résultat n’est pas une mélodie mais bien une phrase, à lire a plusieurs.
Ainsi l’installation que nous avons imaginés mêle à la fois un aspect visuel mais aussi sonore. Le principe consiste à rendre la lecture d’un texte dépendante de l’expérience commune; chaque individu est convié à jouer d’un instrument pour faire apparaître le texte qui ne se révèle dès lors que s’installe une certaine harmonie musicale.
En utilisant les livres comme supports, transformés en instruments, la lecture à plusieurs prend alors toute son ampleur. Un livre à  « vent», un livre «percussions», un livre à «scratcher» et un livre à «frottement». Et le chef d’orchestre c’est Processing, la baguette sera la carte Arduino.

Chaque livre exerce une action précise et tous sont indispensable à la bonne lecture du texte, on vient les provoquer, les taquiner comme pour les faire parler.
Le livre «a vent», par exemple, régie la taille des pixels de la phrase projetée. Le piezo qu’il contient est sensible à l’intensité du souffle que l’on exerce dessus.
Le livre « à percussion » lui, modifie l’opacité du texte en fonction de la force du choc qu’il reçoit.
Le livre à « scratcher » intervient sur la position des pixels qui compose le texte. Le capteur réceptif aux différentes valeurs de gris, c’est en lui soumettant une image très contrastée situé à l’intérieur du livre qu’il réagit.
Le livre a «frotter» enfin, diminue plus ou moins la taille des losanges qui ne sont pas déjà affectés par le livre «a vent», il contient un capteur de lumière que la couverture perforée recouvre de manière discontinue.
Un vrai dialogue s’installe entre le papier et le numérique.

KLEINDIENST Romane

LEPELLEC Alis

ANDRÉ Guillaume

MARONI Juliette